Centre des médias | Actualités | Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 2017

Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 2017

Envoyer Imprimer PDF

Affiche de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques - Réfléchissez-y à deux fois.  Seek adviceNovembre 2017 – La Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques se déroulera du 13 au 19 novembre 2017 avec pour thème «Demandez conseil à un professionnel de la santé qualifié avant de prendre des antibiotiques». Le but est de plaider en faveur d’un usage correct et responsable des antibiotiques pour prévenir tout abus de ce genre de produits.

Il est important d’obtenir des conseils médicaux appropriés avant de prendre des antibiotiques, non seulement pour être certain de recevoir le traitement qui convient, mais aussi parce qu’un usage responsable des antibiotiques contribuera à réduire la menace croissante de la résistance aux antimicrobiens. La résistance aux antimicrobien est la capacité d’un micro-organisme (telles que les bactéries, les virus et certains parasites) d’empêcher un antimicrobien (par ex., les antibiotiques, les antiviraux et les antipaludéens) d’agir contre lui. De ce fait, les traitements habituels deviennent inefficaces, les infections persistent et peuvent se propager à d’autres personnes.

L’utilisation et l’utilisation abusive des antibiotiques a eu pour effet d’augmenter le nombre et les types d’organismes résistants. Ainsi, de nombreuses maladies infectieuses pourraient un jour devenir impossibles à traiter. Cette situation a de graves conséquences tant pour la santé que pour l’économie. Chaque année dans la Région, près de 750 000 personnes décèdent à la suite d’infections qui ne peuvent être traitées par des antibiotiques. Ce nombre devrait augmenter de façon spectaculaire au cours des prochaines années. 

La résistance aux antimicrobiens constitue une menace considérable pour la santé mondiale - tant pour l’homme que pour l’animal - notamment à l’heure où des études indiquent que les nouveaux antibiotiques développés pour lutter contre la menace croissante de la résistance aux antimicrobiens sont peu nombreux. La plupart des médicaments actuellement développés sont des modifications de classes d’antibiotiques existantes et ne représentent que des solutions à court terme. 

Les options thérapeutiques potentielles sont très peu nombreuses pour ces infections résistantes aux antibiotiques identifiées par l’OMS comme constituant la plus grande menace pour la santé, notamment la tuberculose pharmacorésistante qui tue chaque année quelque 250 000 personnes. Outre la tuberculose multirésistante, l’OMS a identifié 12 classes d’agents pathogènes prioritaires - dont certains sont à l’origine d’infections courantes, telles que la pneumonie ou les infections des voies urinaires, qui sont de plus en plus résistants aux antibiotiques existants et qui, pour être traités, exigent le développement de nouveaux médicaments. 

La seule utilisation de nouveaux traitements n’est toutefois pas suffisante pour lutter contre la menace de la résistance aux antimicrobiens. D’autres mesures sont nécessaires, par exemple l’amélioration de la prévention et de la lutte, domaine dans lequel l’OMS apporte son soutien aux pays et aux partenaires afin d’encourager une utilisation appropriée des antibiotiques existants et futurs.

Le Bureau régional OMS de la Méditerranée orientale donnera le coup d’envoi de la semaine mondiale lors d’une manifestation qui se tiendra le 13 novembre dans les locaux de l’OMS au Caire. 

Reconnaissant le fardeau que représente la résistance aux antimicrobiens dans la région, les États Membres ont récemment adopté la résolution EM/RC64/R.5 lors de la Soixante-quatrième session du Comité régional de la Méditerranée orientale qui s’est tenue à Islamabad (Pakistan) en octobre 2017. La Région de la Méditerranée orientale est la première région de l’OMS à adopter une résolution visant à s’attaquer au problème de la résistance aux antimicrobiens en reconnaissant ses graves conséquences sur la santé et l’économie, non seulement au niveau de la Région mais aussi à l’échelle mondiale.

Pour la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques cette année, l’OMS appelle chacun ‒ gouvernements, communautés, professionnels de la santé, individus et éleveurs‒ à manipuler les antibiotiques avec précaution et, en ce qui concerne les individus, à ne prendre des antibiotiques que sur prescription médicale.

Lien connexe

Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques, du 13 au19 novembre 2017

Eat healthy in Ramadan