Vision 2023

Imprimer PDF

PDF

Vision 2023 - Eastern Mediterranean Region

Vision

La santé1 pour tous, par tous afin que chacun puisse bénéficier d’une meilleure qualité de vie dans la Méditerranée orientale.

Mission

Agir collectivement pour accélérer les progrès afin d’assurer la santé et le bien-être des populations de la Méditerranée orientale en mettant à profit toutes les opportunités et en mobilisant toutes les ressources régionales, conformément à la mission mondiale de l’OMS telle qu’elle est décrite dans le treizième programme général de travail : promouvoir la santé, préserver la sécurité mondiale et servir les populations vulnérables.

Introduction

La Méditerranée orientale est une région variée et dynamique présentant des conditions sociales, économiques, et démographiques complexes. La présente vision vient étayer les efforts déjà déployés par les pays en vue de réaliser la santé pour tous et par tous et se base sur la feuille de route régionale pour la période 2017-2021, présentée lors de la soixante-quatrième session du Comité régional pour la Méditerranée orientale en 2017. Elle repose sur la mise en œuvre des éléments suivants tout en y contribuant :

Le treizième programme général de travail de l’OMS pour la période 2019-2023 (treizième PGT)

Le Programme de développement durable à l’horizon 2030

L’Ordre du jour pour l’humanité 2

La réforme des Nations Unies.

La Méditerranée orientale possède des perspectives et des atouts culturels qui peuvent lui permettre d’obtenir de meilleurs résultats sanitaires. Nous sommes pourvus de valeurs de partage et de solidarité centrées sur la communauté, d’une jeunesse confiante et ambitieuse, d’un héritage intellectuel de renommée mondiale ainsi que d’un solide tissu social qui favorise la mise en place de plateformes et de partenariats capables de faire entendre la voix de ceux que l’on n’entend jamais.

Les pays de la Région sont extrêmement différents en termes de revenus, allant du plus riche au plus pauvre à l’échelle mondiale. Alors que certains d’entre eux sont dotés de technologies de pointe, d’autres n’ont pas même accès à l’eau, aux services d’assainissement et à l’électricité. Certains pays peinent encore à lutter contre les maladies infectieuses quand d’autres sont davantage menacés par les maladies non transmissibles chroniques. La pauvreté, les conflits, les modes de vie malsains et la dégradation de l’environnement ont entravé les efforts consentis pour réduire et prévenir les maladies, les handicaps et les décès.

Les crises, qui représentent une caractéristique déterminante de la Région, touchent, directement ou indirectement, près des deux tiers des pays qui la composent. Aggravées par la fuite des cerveaux, ces crises ont des conséquences d’une gravité sans précédent pour la vie économique et sociale ainsi que pour la santé : des systèmes de santé gravement perturbés, des indicateurs de santé obsolètes, des institutions fragiles ou détruites et la réémergence d’agents pathogènes à haut risque. Dans certains pays, les situations d’urgence ont gommé les progrès sanitaires difficilement réalisés au cours des dernières décennies. Les groupes vulnérables tels que les femmes, les enfants, les personnes handicapées, les populations déplacées, les réfugiés, les migrants, les groupes nomades et les habitants de zones d’habitat insalubre en milieu rural et urbain sont particulièrement exposés aux effets des situations d’urgence. Le niveau élevé d’insécurité compromet davantage les efforts déployés pour éradiquer la poliomyélite dans la Région, qui comprend les deux seuls pays au monde qui continuent de notifier des poliovirus sauvages.

En collaboration avec ses États Membres et ses partenaires en santé, l’OMS devrait veiller à rester l’autorité de confiance pour la santé publique et à posséder les moyens nécessaires pour soutenir les pays afin de faire face à ces défis. Ceci pourra être réalisé en concentrant nos efforts sur quatre priorités régionales transversales et en transformant la manière dont nous agissons face à ces défis tout en restant fidèles aux principes de l’OMS en matière de droit à la santé et à la responsabilité des gouvernements en ce qui concerne la santé de leurs populations. 3

Priorités stratégiques régionales

1. Faire progresser la couverture sanitaire universelle

par le développement des systèmes de santé équitables et résilients, qui reposent sur les soins de santé primaires, une approche centrée sur la personne, et des services sûrs et de qualité ; en mettant l’accent sur la mise en œuvre des recommandations de la Déclaration de Salalah de 2018 sur la couverture sanitaire universelle ; et en assurant qu’au moins 100 millions de personnes supplémentaires bénéficient de la couverture sanitaire universelle d’ici 2023 .

2. Intervenir dans les situations d’urgence

grâce au recours aux prévisions, à la préparation globale, à la riposte rapide, au relèvement bien planifié guidés par le lien humanitaire-développement-paix ; et en mettant l’accent sur la garantie de l’accès aux services de santé pendant les situations d’urgence, le relèvement rapide et la promotion de la transition vers la santé et en œuvrant à la paix.

3. Promouvoir la santé des populations

en plaidant en faveur de la prise en compte de la santé dans toutes les politiques, de l’action multisectorielle, de l’engagement communautaire et des partenariats stratégiques en axant les efforts sur la prise en compte des déterminants sociaux et économiques de la santé tout au long de la vie, et des facteurs de risque pour la santé, y compris les MNT et les traumatismes, et ne laisser personne de côté.

4. Apporter des changements pour la transformation de l’OMS

en réformant les modèles opérationnels de l’OMS, les systèmes et la culture dans la Région afin de veiller à ce qu’elle soit apte à la conduite des affaires, qu’elle fasse preuve de redevabilité et qu’elle joue un rôle catalytique et dynamique en matière de santé en mettant en place un environnement de travail favorable; en renforçant et en rationalisant les communications stratégiques en tant que fonction essentielle ; en augmentant la disponibilité et la pérennité des ressources financières pour les programmes de santé auxquels l’OMS apporte son appui dans la Région, en optimisant l’utilisation de ces ressources et en renforçant la présence de l’OMS dans les pays.

Jouer un rôle moteur pour avoir un impact sur la santé publique dans les pays

Six approches seront utilisées pour renforcer l’impact de l’OMS au niveau des pays :

  1. Renforcer les capacités en santé publique, y compris l’évaluation des besoins multisectoriels, la définition des priorités, la production d’informations, la planification et l’élaboration de politiques basées sur des données factuelles correspondant aux besoins locaux afin de garantir des systèmes de santé résilients et équitables.
  2. Renforcer la préparation en élargissant les capacités de riposte efficace et rapide et de relèvement face aux diverses situations d’urgence actuelles ou potentielles et les situations d’après-conflit qui touchent la Région, et atténuer les risques en renforçant la résilience des systèmes de santé.
  3. Renforcer les partenariats avec les organisations professionnelles, la société civile et les communauté locales afin de protéger la santé de la population, nouer des alliances stratégiques, et assurer la participation effective des individus, des experts, des défenseurs, des organisations, du monde universitaire, du secteur privé, de la société civile et des fondations régionales.
  4. Plaider efficacement en faveur de la santé, s’employer à développer une expertise régionale pour la prise en compte de la santé dans toutes les politiques, les activités visant à intégrer l’équité et les différences entre les sexes, les actions communautaires afin de s’attaquer aux déterminants de la santé et de renforcer l’expérience régionale concernant les actions communautaires, afin d’atteindre les objectifs de développement durable et de garantir une approche centrée sur la personne lors des actions de santé publique, y compris pendant les situations d’urgence.
  5. Mobiliser les ressources en adoptant des approches innovantes. Les ressources pour la santé ne sont pas uniquement financières mais elles englobent également les ressources humaines, le savoir, l’information, la science et la technologie.
  6. Encourager l’innovation en investissant dans des technologies de pointe qui correspondent aux besoins des pays et soutiennent la réalisation des priorités régionales ; et soutenir la production, la traduction et la diffusion des connaissances ainsi que leur utilisation systématique dans l’élaboration de politiques.

Initiatives clés pour 2019

Afin de réaliser cette vision, l’OMS mettra l’accent sur les actions de transformation qui permettront de compléter et d’élargir le travail en cours pour mettre en œuvre la Feuille de route régionale 2017-2021. L’action s’appuiera sur un document détaillé couvrant chaque priorité stratégique régionale ; les plans ont été élaborés à la suite de consultations et sont en cours de finalisation. Parmi les initiatives clés pour les 12 prochains mois figurent :

  1. La formation d’une alliance en Santé pour Tous et par Tous avec les principaux partenaires et parties prenantes de la Région
  2. La mise sur pied d’un programme de développement du leadership et de diplomatie de la santé
  3. La réalisation des Objectifs de développement durable en relançant le programme des initiatives communautaires, y compris les villes-santé, les villages-santé, les marchés-santé et les écoles-santé
  4. Le lancement des ensembles régionaux de services de santé essentiels et intersectoriels pour appuyer la progression vers la couverture sanitaire universelle
  5. La promotion de l’Initiative pour la sécurité des patients à l’hôpital dans la Région
  6. Le lancement d’un programme d’innovation en matière de santé et la promotion de l’utilisation des technologies de l’information en introduisant les derniers outils et innovations en la matière
  7. L’intensification des contributions des centres collaborateurs de l’OMS dans la Région
  8. L’accélération des examens fonctionnels pour renforcer les bureaux de pays de l’OMS et le Centre pour les activités d’hygiène de l’environnement
  9. L’extension des listes pour les ressources humaines, institutionnelles et financières de la Région, y compris les experts, les partenaires, les établissements universitaires et de recherche et les bailleurs de fonds
  10. Le renforcement des capacités parmi les futurs experts en santé publique par le biais de la promotion et de la rationalisation des programmes de stage et de jeunes cadres de l’OMS.

Orientations futures

La présente vision a été élaborée dans le cadre d’un processus de consultation comprenant un séminaire-atelier régional de cinq jours qui s’est tenu au Bureau régional de l’OMS pour la Méditerranée orientale au Caire (Égypte) du 16 au 20 septembre 2018. Les prochains mois verront la finalisation des documents d’appui suivants :

  1. La santé dans la Région de la Méditerranée orientale : l’heure de la transformation
  2. Les plans d’action à court terme (2018-2019) et à moyen terme (2020-2023) identifiant les actions pour concrétiser cette vision, en s’appuyant sur la Feuille de route régionale 2017-2021.
  3. Quatre documents stratégiques, un pour chaque priorité stratégique régionale, examinés et mis au point pendant le séminaire-atelier de septembre.

1 La « santé » est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ; cette définition repose sur les principes de la Déclaration d’Alma-Ata de 1978, notamment l’attention accordée aux déterminants sociaux de la santé;

2 https://www.agendaforhumanity.org. L’Ordre du jour pour l’humanité a donné naissance au concept du triple lien humanitaire, développement et paix, dont l’impact est grandissant. 

3 Comme ceci est prévu dans la Constitution de l’OMS : http://www.who.int/about/mission.

Eat healthy in Ramadan