Centre des médias | Actualités | Communiqués de presse | 2014 | Réponse de l’Organisation mondiale de la Santé face au risque croissant de choléra et autres maladies diarrhéiques en Iraq

Réponse de l’Organisation mondiale de la Santé face au risque croissant de choléra et autres maladies diarrhéiques en Iraq

Imprimer PDF

Stagnant drainages in camps hosting internally displaced persons are potential breeding places for waterborne diseases, especially diarrhoea

30 juin 2014, Erbil (Iraq) – La crise actuelle en Iraq pose des défis majeurs à la lutte contre les flambées épidémiques. Suite à la violence récente et au déplacement de populations à l’intérieur du territoire de plus de 500 000 personnes dans la région du Kurdistan de l’Iraq qui en a résulté, le risque de flambée est accru, en raison de la pression exercée sur le logement, l’approvisionnement en eau et l’assainissement. Avec l’été qui s’installe, la pénurie en eau dans les camps accueillant des personnes déplacées à l’intérieur du territoire pourrait également contribuer à une augmentation des épisodes de maladies diarrhéiques épidémiques.

Selon Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), la région du Kurdistan accueille également 250 000 réfugiés syriens, dont plusieurs vivent dans des camps surpeuplés, où les services d’approvisionnement en eau et en assainissement sont mis à rude épreuve, en dépit des efforts déployés par le gouvernement et les partenaires pour améliorer les conditions de vie des réfugiés. Ces facteurs peuvent également augmenter le risque de maladies diarrhéiques.

Le choléra est particulièrement préoccupant cas il est endémique dans la partie nord de l’Iraq et comporte un risque de morbidité et de mortalité à grande échelle. Des flambées épidémiques de choléra à grande échelle ont été signalées dans la région du Kurdistan en 2007, 2008 et 2012.

Au vu de cette menace, le ministère de la Santé a demandé l’appui de l’OMS pour évaluer le risque de choléra en Iraq, et pour organiser des cours de formation accélérés destinés au personnel de santé national et portant sur la prise en charge des maladies diarrhéiques et la lutte contre celles-ci ; l’accent étant mis en particulier sur la situation dans les camps.

Le Réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie de l’OMS a déployé dans la région du Kurdistan trois experts du International Center for Diarrheal Disease Research, Bangladesh (ICDDR,B), dont deux experts de la prise en charge du choléra et un spécialiste de laboratoire. Des experts des maladies transmissibles du Bureau régional de l’OMS pour la Méditerranée orientale et du bureau de pays en Iraq se sont joints à eux. Leurs objectifs étaient les suivants : (1) évaluer le risque de flambées épidémiques de choléra et autres maladies diarrhéiques dans les camps de personnes déplacées à l’intérieur du territoire (2) évaluer les capacités en matière de surveillance, de préparation et de riposte aux flambées, et (3) fournir des orientations et des conseils au ministère de la Santé en ce qui concerne la mise à jour/révision du plan de préparation au choléra, sur la base de l’évaluation des risques.

L’équipe a organisé un séminaire-atelier de formation pratique sur la prise en charge des maladies diarrhéiques pour 23 professionnels de la santé à Erbil, et également un séminaire-atelier de formation de formateurs destiné à de hauts professionnels de la santé dans toute la région du Kurdistan. L’équipe a également organisé deux séminaires-ateliers supplémentaires à Dohouk et Souleïmanieh durant la dernière semaine du mois de juin pour assurer le renforcement des capacités du personnel de santé national en matière de prise en charge des maladies diarrhéiques.

« Avec un demi million de réfugiés et de personnes déplacées à l’intérieur du pays supplémentaires désormais présents dans la région du Kurdistan, nous sommes extrêmement inquiets du risque de maladies transmissibles, en particulier le choléra. Avec l’appui de l’OMS, nous souhaitons nous assurer que notre système de santé et nos personnels sont pleinement préparés à gérer toutes les situations possibles afin de limiter le risque de flambées » a déclaré le Dr Rekawt Hama Rasheed, Ministre de la Santé de la région du Kurdistan de l’Iraq.

Eat healthy in Ramadan