Centre des médias | Actualités | Les Nations Unies mettent en garde contre la catastrophe sanitaire « se déroulant rapidement » à Gaza

Les Nations Unies mettent en garde contre la catastrophe sanitaire « se déroulant rapidement » à Gaza

Envoyer Imprimer PDF

2 août 2014, Jérusalem – Les Nations Unies ont déclaré aujourd’hui qu’une catastrophe sanitaire aux proportions généralisées et résultant directement du conflit en cours se déroule rapidement dans la bande de Gaza. M. James W. Rawley, Coordonnateur de l’action humanitaire dans le Territoire palestinien occupé, M. Robert Turner, Directeur des opérations de l’UNRWA dans la bande de Gaza et le Dr Ambrogio Manenti, Représentant de l’OMS par intérim en Cisjordanie et dans la bande de Gaza ont déclaré leur vive inquiétude en ce qui concerne le manque de protection du personnel médical et des établissements de santé ainsi que la détérioration de l’accès aux services de santé d’urgence pour les 1,8 million de Palestiniens dans la bande de Gaza.

« Nous sommes désormais face à une catastrophe sanitaire et humanitaire » alerte M. Rawley, ajoutant que « les combats doivent cesser immédiatement ». Après plus de trois semaines de conflit intense, les services médicaux de Gaza ainsi que les établissements de santé risquent de s’effondrer. En effet, un tiers des hôpitaux, 14 cliniques de soins de santé primaires et 29 ambulances du Croissant-rouge et du ministère de la Santé ont subi des dommages. Au moins cinq membres du personnel médical ont été tués dans l’exercice de leurs fonctions et des dizaines d’autres ont été blessés. Au moins 40 % des effectifs médicaux ne peuvent pas se rendre sur leur lieu de travail, cliniques et hôpitaux, en raison de la violence généralisée, et au moins la moitié de l’ensemble des cliniques de soins primaires de santé publique sont fermées.

De plus, ces dernières 24 heures, les personnels de l’hôpital Najjar à Rafah et de l’hôpital Al Shifa dans la ville de Gaza ont reçu des appels anonymes les prévenant d’attaques imminentes, ce qui a provoqué une grande panique chez les patients et le personnel médical ainsi qu’une situation chaotique. L’hôpital Najjar a été évacué et demeure fermé en raison des combats qui se déroulent à proximité.

Les hôpitaux et les cliniques qui sont toujours opérationnels sont débordés : en effet depuis le 7 juillet dernier, plus de 8000 personnes auraient été blessées, dont plusieurs gravement. L’approvisionnement essentiel en médicaments et en produits médicaux jetables est pratiquement épuisé ; et, en raison de la destruction ou des dommages subis par les réseaux électriques, les hôpitaux dépendent de groupes électrogènes de secours peu fiables. L’hôpital Al Shifa, principal hôpital de recours dans la bande de Gaza, est envahi de blessés et de personnes cherchant refuge dans ses locaux. « La capacité à fournir les soins de santé nécessaires est gravement remise en question, ce qui met inutilement en danger les vies de milliers de Palestiniens » a indiqué le Dr Manenti.

On estime que 460 000 personnes ont été déplacées et vivent désormais dans des conditions de surpeuplement dans des écoles, avec des membres de leur famille ou dans des abris de fortune. Cette situation, s’ajoutant à l’insuffisance des services d’approvisionnement en eau et d’assainissement, pose un risque grave de flambée de maladies à transmission hydrique et de maladies transmissibles. « Des centaines de milliers de personnes vivent dans des conditions déplorables, par conséquent, la capacité de l’UNRWA à faire face à cette situation atteint ses limites » a déclaré M. Turner.

M. Rawley a souligné que « le droit international définit des obligations claires aux parties au conflit de respecter le statut des hôpitaux et des établissements de santé en tant que biens protégés, de respecter le statut des personnels de santé et de garantir leur protection ; de veiller à la protection des civils et enfin de respecter le droit à la santé qui est un droit de l’homme fondamental ». Les trois responsables ont également rendu hommage au personnel médical de Gaza qui travaille sans relâche dans des conditions difficiles et dangereuses afin de continuer à fournir les soins de santé requis d’urgence ».

Pour davantage d’informations, veuillez contacter :

OCHA: Hayat Abu-Saleh, + 972 (0) 54 33 11 816, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
UNRWA: Chris Gunness, +972 (0) 54 240 2659, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
OMS: Ambrogio Manenti, +20-100-3333-402, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Mahmoud Daher, +970 (0) 59 8944650, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Eat healthy in Ramadan