English Arabic (عربي)
OMS | Bureau régional de la Médieterranée orientale
Home Actualités | L’OMS se dit très préoccupée par le manque de médicaments permettant de sauver de vies en Syrie


L’OMS se dit très préoccupée par le manque de médicaments permettant de sauver de vies en Syrie

Imprimer PDF

Amman, 8 mars 2013 – Avant la crise, en Syrie, plus de 90 % des médicaments étaient produits au niveau local. Depuis, les effets des sanctions économiques, les fluctuations des taux de change, le manque de devises fortes et l'augmentation des coûts opérationnels ont eu un impact négatif sur la production de médicaments et de produits pharmaceutiques L’intensification du conflit a causé d’importants dégâts aux usines pharmaceutiques situées dans les gouvernorats d'Alep et de Damas rural, où se trouvent 90 % des usines du pays. La plupart d’entre elles auraient été détruites ou sont fermées car les ouvriers n’ont plus accès à leur lieu de travail. Par conséquent, la production locale de médicaments a baissé de 90 %. En outre, le principal entrepôt public de médicaments importés, où était stockée la majorité des produits nécessaires pour le premier trimestre 2013, a été détruit.

Selon les évaluations de l’OMS, les besoins en insuline, oxygène, anesthésiques, sérums et liquides intraveineux ne sont plus couverts en Syrie. Plus le temps passe et moins les établissements de santé et pharmacies de quartier peuvent fournir des médicaments, en particulier les traitements des maladies chroniques.

Jusqu’à récemment, l’OMS n’avait pas pu mesurer l’étendue des dégâts en matière de santé publique, en l'absence de liste pharmaceutique de référence évaluée et validée par des experts sur la base de la Liste modèle de l’OMS des médicaments essentiels. Pour surmonter cet obstacle, les experts de la santé syriens et les experts pharmaceutiques et professionnels de la santé de l’OMS et de Jordanie se sont réunis à Amman pour répondre à la pénurie de médicaments et de fournitures médicales en Syrie. Ils ont mis au point une Liste de médicaments essentiels à jour pour tout le pays.

Tenant compte des profils des maladies, des lacunes actuelles et des besoins cruciaux, cette liste est un outil essentiel qui permet d'améliorer l'efficacité des interventions sanitaires d'urgence de la communauté internationale en établissant des prévisions, en calculant la quantité de médicaments essentiels nécessaires et en mettant en œuvre les procédures d'approvisionnement standard.

L’OMS a évalué les besoins en médicaments essentiels, fournitures médicales, produits médicaux consommables et anticancéreux pour les douze prochains mois. Selon son estimation, 900 millions de dollars US au minimum sont nécessaires. Une liste des produits requis de toute urgence et permettant de sauver des vies a également été établie. Elle comprend 168 produits (92 médicaments essentiels urgents, 33 anticancéreux et 43 produits consommables) et nécessiterait 467 millions de dollars US pour 2013.

Il y a huit mois, on a diagnostiqué un carcinome à Fatima, petite fille de quatre ans.Il y a huit mois, on a diagnostiqué un carcinome à Fatima, une petite fille de quatre ans. Elle était traitée à l’hôpital universitaire d’Alep, mais les violences incessantes dans la ville ont contraint sa famille à fuir pour s’installer à Jaramana, près de Damas. « Ma fille recevait un traitement à l’iode radioactif, mais il n’est plus disponible à Alep, déclare sa mère. Ici [à Damas] nous allons régulièrement à l’hôpital al-Assad mais eux non plus n’ont pas ce traitement. Ils ont dit qu'ils n'avaient pas le matériel nécessaire. Je ne sais pas ce que ça veut dire ! Je veux simplement que Fatima reçoive son traitement. » Si Fatima ne bénéficie pas bientôt du traitement à l’iode radioactif, ses chances de survie diminueront.

» Lire toute l'histoire de Fatima

L’OMS appelle la communauté internationale à apporter un soutien de manière urgente afin de pallier le manque critique de médicaments essentiels en Syrie. Les dons en argent ou en nature devront passer par les réseaux bilatéraux ou multilatéraux et respecter les Principes directeurs applicables aux dons de médicaments de l'OMS. Pour assurer la coordination et permettre à l'OMS de suivre la situation concernant les pénuries, les donateurs et organisations caritatives doivent aussi préciser la nature et la quantité des dons effectués à l’Organisation.

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Elizabeth Hoff
Représentante OMS par intérim en République arabe syrienne
E-mail :  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Gerald Rockenschaub
Équipe de soutien aux opérations d’urgence
E-mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.