WHO EMRO | Méningite | Thèmes de santé WHO EMRO | Méningite | Thèmes de santé
Méningite

La photo nous montre un adolescent portant un jeune enfant dans ses brasUn contact étroit et prolongé avec une personne infectée favorise la propagation de la maladie. Crédit photographique : OMSLa méningite est une inflammation des méninges qui enveloppent le cerveau et la moelle épinière. Elle est généralement causée par un virus ou une bactérie (méningocoque). La transmission bactérienne s’opère par des gouttelettes de sécrétions respiratoires ou pharyngées. Elle est plus souvent due à une infection (bactérienne, virale ou fongique), mais peut également être causée par une irritation chimique, une hémorragie sous-arachnoïdienne, un cancer et d'autres maladies. 

Différentes bactéries peuvent causer une méningite. La transmission bactérienne s’opère de personne à personne par des gouttelettes de sécrétions respiratoires ou pharyngées. Un contact étroit et prolongé (baiser, éternuement et toux rapprochée), ou la promiscuité avec une personne infectée (vie en dortoir, mise en commun des couverts ou des verres) favorise la propagation de la maladie.

Les symptômes les plus fréquents sont les suivants : raideur de la nuque, fièvre élevée, photophobie, état confusionnel, céphalées et vomissements. Même lorsque la maladie est diagnostiquée très tôt et qu’un traitement approprié est institué, entre 5 et 10 % des malades décèdent, en général dans les 24 à 48 heures qui suivent l’apparition des symptômes. 

Une surveillance renforcée pour la détection précoce, la confirmation des flambées épidémiques, la prise en charge des cas, et une campagne réactive de vaccination (avec le vaccin adapté) constituent les principales mesures de prévention et de lutte efficaces pour endiguer les épidémies de méningite à méningocoque.

Le Soudan est le seul pays de la Région dans la ceinture africaine de la méningite. Des épidémies de grande ampleur ont été signalées au Soudan en 1950–1951, 1978–1979, 1988–1989, et en1998–1999. Une baisse du nombre de cas coïncide avec l’introduction progressive dans le pays, en 2012, d'un nouveau vaccin conjugué contre le méningocoque A. Des campagnes de vaccination de masse par le vaccin conjugué contre le méningocoque A ont été mises en œuvre avec succès dans l'ensemble du pays en 2013.