Fièvres hémorragiques virales

A viral hemorrhagic fever case showing jaundice and bleeding from an injection site on the armCas de fièvre hémorragique virale montrant une jaunisse et un saignement au niveau du point d’injection sur le bras. Crédit photo : OMS

Les fièvres hémorragiques virales englobent un éventail de maladies relativement bénignes ou sévères pouvant entraîner la mort ; elles sont caractérisées par une apparition soudaine, des douleurs musculaires et articulaires, de la fièvre, des hémorragies et un état de choc dû à une perte de sang. Dans les cas graves, les saignements, ou hémorragies, provenant des orifices naturels et des organes internes constituent un des symptômes dominants.  

Les principales fièvres hémorragiques virales dans la Région de la Méditerranée orientale sont la fièvre jaune, la fièvre de la vallée du Rift, la dengue, la fièvre hémorragique de Crimée-Congo et la maladie à virus Ébola. 

Les modes de transmission des fièvres hémorragiques virales sont multiples :

  • d’une personne à l’autre par contact direct avec des patients symptomatiques, avec des fluides corporels, ou des cadavres
  • lutte contre les infections inadéquate en milieu hospitalier (fièvre hémorragique de Crimée–Congo, fièvre de Lassa, Ébola)
  • pratiques d’abattage
  • consommation de viande crue provenant d’animaux infectés ou de lait non pasteurisé (fièvre hémorragique de Crimée-Congo, fièvre de la Vallée du Rift)
  • contact direct avec des rongeurs, ou inhalation de matériaux contaminés par des excréments de rongeurs ou contact avec ces matériaux (fièvre de Lassa)
  • piqûres de moustiques(fièvre de la vallée du Rift, dengue) ou de tiques (fièvre hémorragique de Crimée-Congo).

L’émergence et la réémergence des fièvres hémorragiques virales est une préoccupation mondiale croissante. Ces vingt dernières années, la Région de la Méditerranée orientale a connu des flambées majeures et des cas sporadiques de fièvre jaune, de fièvre de la vallée du Rift, de dengue sévère et de fièvre hémorragique de Crimée-Congo dans plus de 12 pays.  

Les fièvres hémorragiques virales  sont associées à la survenue d’épidémies majeures caractérisées par un taux de létalité élevé du fait qu’il n’existe pas de contre-mesures médicales spécifiques tels que les vaccins ou les antiviraux, sauf pour la fièvre jaune. Le manque de diagnostic de laboratoire en temps opportun, la détection tardive, les pratiques de lutte contre les infections inadaptées dans les établissements de soins de santé et la faiblesse des programmes de lutte antivectorielle pourraient également augmenter la durée des flambées de fièvres hémorragiques virales.